Ty Journal de juin 2024 – La musique à Meneham

En juin, nous fêtons la musique ! La musique et le chant en Bretagne c’est toute une philosophie de vie où chaque région/pays avait ses traditions vibrant par ces rythmes rassembleurs. À Meneham, les coutumes du Pays Pagan perpétuaient l’esprit de fête du village, et permettaient d’animer régulièrement les lieux en adoucissant un peu ce quotidien difficile.

Nous allons découvrir dans cet article comment les habitants de Meneham fêtaient la musique à l’époque et encore aujourd’hui grâce à l’association Avel deiz !

La tradition des dans round

« Pour cette danse, il n’y avait pas d’instruments de musique, il suffisait qu’une personne entame un chant classique de dans round, puis tous les danseurs reprenaient les refrains qui nous donnaient la cadence. »

En effet, la tradition des dans round rassemblait toutes les générations jusqu’au bout de la nuit où le chant breton menait la danse (dicté par le meneur). Les danseurs reprennent alors le chant après lui, selon un principe d’alternance aux structures variées.

À l’époque, elle était pratiquée lors des foires, pardons, fêtes calendaires et noces, et c’était même une façon de travailler, lors des travaux agricoles en piétinant la terre.

Extrait sonore d’un chant de dans round

Comme partout en Bretagne, ils organisaient aussi des « festoù noz » où cette fois, des instruments de musique accompagnés les danses tels que le biniou, la bombarde, etc. Et ils se retrouvaient également pour les bals populaires au rythme de l’accordéon.

Les chants des goémoniers

Aussi, le chant se faisait entendre de la part des goémoniers comme chant de travail. Beaucoup de chants et chansons plus actuelles relates de la dure vie sur les grèves du Léon.

« La complainte de goémoniers » de Denez Abernot de Plouguerneau reste un des chants emblématiques du Pays Pagan.

Dans leurs bateaux, tôt le matin
Ils mettent à nu les rochers
Leurs mains blessées par la guillotine
Leurs dos brisés par la civière

Son grand-père a fait ce travail
D’arracher le petit laminaire
Toute sa vie sur les rochers
Entre le Korrejou et Kerlouan

Comment revivre ces traditions aujourd’hui à Meneham ?

Les traditionnels Festou deiz aujourd’hui

Durant l’été, l’association Avel Deiz anime le village (presque) tous les dimanches après-midi !

L’association, fondée en 2009, a pour objectifs principaux d’animer le site de Meneham et de promouvoir la culture bretonne, en proposant des animations conviviales rassemblant toutes les générations, population locale comme touristes de passage.

Les festou deiz ont lieu en plein air sur l’aire à danser du site, avec la participation de deux groupes de musique pour chaque date. C’est à cette occasion, que se déguste le célèbre pastès (brioche locale aux fines alvéoles) 𝗰𝘂𝗶𝘁𝘀 𝗮𝘂 𝗳𝗲𝘂 𝗱𝗲 𝗯𝗼𝗶𝘀 dans le four à pain du village !

Programmation de cet été : 

fest deiz
© Tourisme Côte des Légendes

30 juin: Tam Tam et Kastarel

7 Juillet: Troadig et Tri Zen

14 Juillet: Sonnerien Plouedern et Vonnette et Yvette

21 Juillet: Kol et Ano et Deom Dei

28 Juillet: Brujun et Plijadur

4 Août: Nag Ha Drouz et Gwechall

11 Août: Bep Sort et Jammet – Abgrall

18 Août: Coadou-Benoit et Breiz Storming

25 Août: Ruz Boutou et Lariden

1er sept: Diatonik Pen Ar Bed et Keffiou

Et le 8 septembre, aura lieu le Grand Fest Deiz avec les groupes Strapad et Trébaol Cornec ainsi que des danseurs costumés du « Collectif d’enfants des cercles du Léon », ainsi que des animations comme les jeux bretons avec l’association « C’hoari killioù » et des démonstrations de tressage de cordes avec l’APPPP.

Sources de cet article :

Portraits d’artisans de Meneham

Retrouvez une série de témoignages tous les 3 mois avec un témoignage par mois !

Bienvenue dans la deuxième série de l’année consacrée aux artisans de Meneham répartis sur trois ateliers.

© Valéry Joncheray

Dans cette série consacrée aux artisans qui louent un atelier à Meneham, nous avons voulu en savoir plus sur leur travail et ce qu’ils.elles aiment dans la création, s’ils.elles pouvaient nous décrire leur journée type et surtout quel était leur rapport et appréciation du lieu. Le tout sous forme d’interview ponctuée de photographies.

Témoignage n°2 : Yvon Pennors et Éric Sachet de l’atelier 4

Nous continuons notre tour des ateliers de Meneham avec les interviews d‘Yvon Pennors et Éric Sachet :

Yvon Pennors

Pouvez-vous nous expliquer votre travail et pourquoi ce choix ?

Quand je suis arrivé ici, j’ai commencé par présenter quelques peintures figuratives ainsi que des dessins et des linogravures que je faisais à l’atelier et aussi des reproductions et des posters que j’avais déjà réalisé auparavant.

Et puis petit à petit, je me suis surtout consacré à la fabrication de bijoux, boucles d’oreilles, bracelets, colliers, bagues etc. et aussi des mobiles, des suspensions diverses…


Pour ce qui est de mes bijoux ou mobiles, ils sont entièrement conçus au fil, où tout est tourné ou torsadé avec des pinces, et ils sont montés sur des pierres, des nacres ou des perles diverses. Le tout est réalisé à la main.

Qu’est-ce qui vous plaît dans l’artisanat-la création ?

À l’origine j’ai une formation de sculpteur sur bois et je dessine aussi depuis l’enfance. Ce que j’aime dans l’art ou l’artisanat c’est déjà cette indépendance dans mon travail.

C’est aussi et surtout ce côté manuel, créatif et imaginatif, cette recherche de la forme et de la construction et aussi bien-sûr le plaisir de la création et de la réalisation. 

Quel est votre rapport avec le site de Meneham / Qu’appréciez-vous ici ?

Pour ce qui est de Meneham, ma famille étant du coin, j’ai toujours plus ou moins connu cet endroit. Quand j’étais enfant, pendant les vacances mes parents nous emmenaient par ici – à la grève, et parfois j’accompagnais mon père, qui lui allait jouer aux boules devant le ”bistrot Guillerm” pendant que nous, on crapahutait sur les rochers ou on allait se baigner.

On allait aussi parfois à de petites fêtes locales et j’ai dû aller à un ou deux Fest noz, et si je me souviens bien les groupes y jouaient encore sur une charrette. Ensuite quand le lieu a été déserté, j’aimais venir me balader dans les ruines du village encore pleines de vie et d’histoire !   

J’apprécie beaucoup cet endroit, pour son charme, son espace, sa tranquillité qui je dirais, de jour comme de nuit, dégage pour moi, quelque chose de fort, de magnétique et de particulier, d’attachant et de reposant avec en plus ces grèves et cette côte ”sauvage” qui s’étale et se découpe en contre bas, sur l’horizon. 


Éric Sachet

Pouvez-vous nous expliquer votre travail et pourquoi ce choix

Je suis fabricant de bougies parfumées et créateur d’objets de décorations en béton. En plus de créer des bougies « traditionnelles », je recycle de la vaisselle ancienne (tasses, verres, saucières, pots divers…) que je chine dans les dépôts vente, brocantes et autre recycleries des alentours, dans lesquels je coule de la cire, créant ainsi des bougies originales.

Mes bougies sont en cire de soja naturelle et mes parfums viennent de Grasse. Je fabrique également des objets originaux autour de la bougie, tels que des tasses que je monte sur des pieds de verres, des diffuseurs de parfum d’ambiance, des fondants…

Par ailleurs je travaille le béton pour en faire des objets décoration originaux. Je fais des empreintes de feuilles dans le béton, des boules photophores, des portes savons/ vides poches suspendus, des cales-portes…

Je m’attache à créer des objets originaux avec des matières dont on ne penserai pas qu’elle puissent être utilisées pour de la décoration, ou en détournant des objets de leur premières utilisation.

Cet aspect créatif et de réflexion, m’amuse en me disant lorsque je trouve un objet ou en travaillant le béton : « qu’est-ce que je pourrais faire de ça ? »

Le nom de mon entreprise est : FIAT LUX … « Que la lumière soit », parce que que d’une étincelle, jaillit une idée.

Ce n’est pas sans rappeler non plus, que d’un phare jaillit une lumière, sur la Côte des naufrageurs.

Tout est fait localement, puisque j’habite à Kerlouan.

Qu’est-ce qui vous plaît dans l’artisanat-la création ?

Ce qui me plait c’est de chercher, d’essayer, d’échouer, de créer… Imaginer des objets.

La mise en œuvre de mes idées n’est pas toujours réalisable avec les matières que je travaille, mais « cent fois sur le métier, je remets mon ouvrage ».

Décrivez-nous une journée type ?

Une journée type pour moi, c’est la fabrication et la recherche d’idées lorsque je suis chez moi. Et lorsque je suis à Ménéham, je fais mes finitions devant les visiteurs. C’est l’aboutissement du travail accompli, la joie de présenter mes créations et le verdict des visiteurs.

Quel est votre rapport avec le site de Meneham / Qu’appréciez-vous ici ?

Ménéham est le site emblématique de la Côte des Légendes. Il s’y dégage une atmosphère de bout du monde, isolé de tout et de tous.

L’idée de faire « revivre » le hameau, afin qu’il perdure, me plaît beaucoup. Les artisans, à l’année, maintiennent une présence afin que ce lieu reste vivant.

Et recommanderiez-vous à d’autres artisans d’avoir un atelier ici ?

Régulièrement je parle autour de moi des ateliers de créateurs. Parfois même à des visiteurs qui me posent des questions sur l’organisation du site, car certains cherchent des lieux comme celui-ci.

Merci à Yvon et Éric de nous avoir fait découvrir leurs créations et leur amour pour Meneham ! ♥

Ty Journal de mai 2024 – Les enfants à Meneham

« En mai, fais ce qu’il te plait »… dicton souvent destiné aux enfants. En effet, les enfants de Meneham apportaient beaucoup de vie au village mais ils ne faisaient pas tout-à-fait ce qu’ils voulaient ! Comme les femmes et les hommes, leur savoir-faire ainsi que leur aptitude physique servaient aux tâches quotidiennes du village.

Nous allons découvrir dans cet article les tâches des enfants à l’époque

et les possibles activités pour les enfants d’aujourd’hui ici !

Les enfants de Meneham à l’époque

Job Salou enfant

Les enfants à Meneham étaient responsabilisés très tôt dans la vie du village, et participaient aux activités autant que les adultes.

Leur participation à la récolte du goémon était appréciée pour cueillir le pioka et ramasser le goémon et à marée basse, ils allaient à la pêche aux ormeaux en utilisant un « bascroc » (tige de fer recourbée). Les ormeaux étaient présents en abondance, se pêchaient de toute taille et quantité, pour être vendus par douzaines dans les communes alentour.

Les enfants aidaient également aux champs et pour l’alimentation des poules et des lapins. Aussi, ils avaient une mission attitrée : la garde des vaches, une vingtaine dans le village, qu’ils emmenaient boire matin et soir, dans l’eau des marais ou du lavoir du Théven.

© Archives de Kerlouan

Plus ils avançaient en âge, plus les enfants devenaient aussi forts que les adultes. C’est ainsi que les jeunes garçons de 12 à 14 ans apprenaient à diriger la charrue, à changer la litière des bêtes, à s’occuper du cheval et à aller couper les grandes laminaires (algues) ou relever les casiers. Ils participaient également à la confection des fagots, au tressage de l’osier pour les toits, les crèches et les abris.

Les jeunes filles quant à elles, apprenaient très vite à devenir des « mères et femmes au foyer », en plus des autres missions du village, en veillant au « confort » des hommes et de toute la famille, en s’occupant des bambins notamment. Elles appréciaient ainsi « jouer à la poupée » avec les bébés du village, en leur apprenant à marcher par exemple et ce même dans les dunes ! D’ailleurs, même s’ils n’avaient pas le temps de flâner sur le sable, leur terrain de jeu grandeur nature entre les rochers, à glisser dans les « grottes » et les trous, les divertissaient entre les tâches.

© Archives de Kerlouan

L’école et les fêtes

Entre 6 et 14 ans, les enfants ont pu aller à l’école, qui se situait à 3,5 km de Meneham. Ils ont ainsi travaillé pour obtenir le certificat d’études, tout en rencontrant les autres enfants de la commune.

La vie à Meneham pour les enfants était joyeuse, variée et rythmée par les travaux communautaires mais aussi les valeurs humaines portées par chacun. Entourés par les dunes, les rochers grandioses, le bruit du ressac de la mer et les marais, dès leur plus jeune âge, les enfants avaient un attachement puissant et profond à cet endroit. Les habitants devaient certes tirer leur subsistance de la mer et de la terre, mais cela les soudait, entre effort et joie. Joie qu’ils communiquaient ensemble et en dehors de la rudesse du quotidien, lors des fêtes religieuses comme laïques : les jeux, célébrations diverses et rencontres sportives.

En parlant de fêtes et d’animations, quand est-il des activités pour les enfants à Meneham aujourd’hui ?

Les enfants à Meneham aujourd’hui

Tout au long de l’année, et encore plus lors des temps fort du site : l’été, l’automne avec « Les courges débarquent à Meneham, l’hiver et Noël à Meneham et au printemps avec les animations de Pâques ; les enfants peuvent s’en donner à cœur joie lors de leur passage ici.

En tout temps :

Visiter Meneham avec ses enfants, quelle que soit la saison, c’est l’occasion de découvrir un site classé monument historique riche en histoire, patrimoine et culture où l’activité est encore présente. La nature à portée de main, vivez-la, les enfants pourront courir sur la plage et grimper sur les rochers les plus accessibles pour eux ou bien, s’amuser à imaginer des formes à ces derniers, une façon très ludique de regarder la nature ! 

© Tourisme Côte des Légendes

Aux horaires d’ouverture indiquées sur notre site internet et sur les panneaux aux entrées du site, la Maison de territoire propose de bons produits locaux – lichouseries pour les petits gourmands mais aussi des livres spécialement pour les enfants ! Nous organisons également une exposition par an sur un thème en lien avec le site/la région. 

Les artisans sont présents dans leurs ateliers pour faire découvrir leur création et leur joie de travailler ici. 

Puis les enfants férus d’histoire pourront parcourir la muséographie interactive pour en savoir plus sur le village. 

Animations spéciales enfants : 
© Tourisme Côte des Légendes

Lors des vacances scolaires, plusieurs animations sont proposées pour les enfants comme des chasses au trésor, jeux de piste ou des visites ludiques.

En été, ce sera l’occasion de prendre l’air du large avec des balades en paddle et kayak à partir de 8 ans et de s’initier à l’escalade à partir de 7 ans. Notre agenda en ligne répertorie toutes les informations !

 

Le livret-jeu : 

Depuis l’été 2023, un livret jeu est à disposition des familles (à faire avec des enfants qui savent lire et écrire idéalement). Ce livret vous invite à découvrir en autonomie l’histoire du village et de ses anciens habitants grâce à des pages informatives et ludiques, des jeux et des énigmes. Venez mener l’enquête pour découvrir l’origine de la mystérieuse lumière au large de Meneham en 1869 !

Source des informations historiques de cet article : le livre de Marie Guillerm / Kerbrat, « Meneham, berceau de mon enfance. De 1846 à 1996 ».

Disponible en boutique à la Maison de territoire du site de Meneham

Portraits d’artisans de Meneham

Retrouvez une série de témoignages tous les 3 mois avec un témoignage par mois !

Bienvenue dans la deuxième série de l’année consacrée aux artisans de Meneham répartis sur trois ateliers.

© Valéry Joncheray

Dans cette série consacrée aux artisans qui louent un atelier à Meneham, nous avons voulu en savoir plus sur leur travail et ce qu’ils.elles aiment dans la création, s’ils.elles pouvaient nous décrire leur journée type et surtout quel était leur rapport et appréciation du lieu. Le tout sous forme d’interview ponctuée de photographies.

Témoignage n°1 : Aurélie Quiviger – Légendes de Druide de l’atelier 5

Nous commençons notre tour des ateliers de Meneham avec l’interview d’Aurélie Quiviger alias Légendes de Druide :

Pouvez-vous nous expliquer votre travail et pourquoi ce choix ?

Mon travail consiste à créer des bijoux avec des pierres naturelles de haute qualité. Je conseille les gens selon leurs envies mais surtout leurs besoins, en créant des bijoux sur mesure à la taille et la personnalité de chaque personne. 

Ce choix vient de ma passion pour les pierres, il y a cela 10 ans. J’ai d’abord découvert le lapis lazuli par ses vertus positives pour les problèmes pulmonaires. Étant asthmatique sévère, j’ai pu bénéficier de l’aide de cette pierre pour aller mieux et mieux vivre avec mon asthme.

Qu’est-ce qui vous plaît dans l’artisanat-la création ?

Dans l’artisanat, j’apprécie la liberté de création, de faire, de créer du bonheur aux gens.

Le fait de créer quelque chose d’unique à chaque fois et la joie de voir le sourire sur le visage des gens.

Décrivez-nous une journée type ?

Lorsque j’arrive au local, il est nécessaire de procéder à une purification de toutes les pierres, en aérant bien la pièce.

Ensuite on est là pour accueillir les visiteurs, en parallèle je fabrique selon mes envies des bracelets, des boucles d’oreilles, etc. Il faut tailler des cabochons pour en faire de beaux pendentifs, étiqueter chaque article et préparer une petite fiche produit avec les pierres qui constituent le bijou. Nous faisons cela pour tous les bijoux.

Quel est votre rapport avec le site de Meneham / Qu’appréciez-vous ici ?

Meneham, c’est tout d’abord l’énergie des lieux qui s’y dégage, dû à son emplacement et ces constructions.

J’apprécie rencontrer des gens de toute la France et d’ailleurs et d’échanger avec eux. 

Lorsque je crée ici, ce sont vraiment des moments de calme. C’est pour moi un lieu très inspirant.

Et recommanderiez-vous à d’autres artisans d’avoir un atelier ici ?

Oui, je recommanderai à n’importe quel artisan d’oser se lancer dans l’aventure afin de découvrir les merveilles de ce lieu si inspirant !

Amétyste en gros plan

Retrouvez Légendes de Druide sur Facebook et TikTok !

Merci à Aurélie de nous avoir partagé sa passion des pierres et de Meneham ! ♥

Secrets de photographes à Meneham

Retrouvez une série de témoignages tous les 3 mois avec un témoignage par mois !

La première de l’année sur janvier, février et mars s’intitule « Secrets de photographes à Meneham« 

Dans cette série consacrée aux secrets de photographes qui affectionnent Meneham, nous avons voulu en savoir plus sur ce qu’ils.elles aiment ici, quel serait leur spot préféré et peut-être leur petit spot secret, tout en nous partageant leur vision de la photographie ici et en général. Le tout sous forme d’interview ponctuée de photographies.

Témoignage n°3 : Thibault Poriel

Nous terminons avec le troisième témoignage par Thibault Poriel alias @thibaultporiel sur Instagram :

En tant que photographe, mais aussi à titre personnel, qu’est-ce que vous appréciez du site de Meneham ?

Meneham est sans aucun doute l’un des sites incontournables de la région, offrant un paysage unique digne d’une carte postale. Ses formations rocheuses et cette ancienne maison de garde isolée me ramènent à mes moments de solitude, surtout lors de mes sorties photos. Ce sont des instants précieux où l’on se sent privilégié d’être seul dans un lieu aussi remarquable.

Pour votre travail photographique, quel est votre spot préféré ici ?

Pour mon travail photographique, il est difficile de privilégier un seul spot sur la côte Nord.

C’est véritablement l’ensemble qui forme un paysage harmonieux et captivant. Je viens ici pour m’immerger dans une atmosphère où la nature est authentique et sauvage, dans de vastes espaces, et surtout, venir à des moments de l’année où il est susceptible de trouver la plus grande solitude.

Et avez-vous peut-être un spot secret/caché à nous partager ?

Il y a tellement de beaux endroits à découvrir, notre région recèle d’innombrables trésors ! Il y a évidemment des lieux que j’affectionne particulièrement, mais je crois qu’il est important de laisser un peu de mystère autour d’eux pour que chacun puisse les découvrir à sa manière. Cependant, je vous encourage vivement à explorer et à chercher des coins cachés par vous-même. C’est souvent là que se trouvent les plus belles surprises !

Pour finir, pouvez-vous nous en dire plus sur votre vision de la photographie, ce que vous voulez transmettre via ce média, ici et de manière générale ?

La Bretagne, avec sa diversité en termes de paysages et de patrimoine, offre une toile de fond incomparable pour la photographie. Ma vision de la photographie dans cette région, et de manière générale, est celle de capturer l’âme et l’essence des lieux.

Sa lumière changeante nous donne une palette infinie d’opportunités pour exprimer la magie de cet endroit. Avec mes photographies, je cherche simplement à mettre en valeur ce que je vois, mettre en images mes moments tout en témoignant ce qui rend la Bretagne si spéciale et si différente du reste du monde.

Toutes les photos sont de Thibault Poriel : www.thibaultporiel.com / www.instagram.com/thibaultporiel / www.facebook.com/thibaultporiel

Merci à lui pour sa collaboration et son regard porté sur Meneham ! ♥

Secrets de photographes à Meneham

Retrouvez une série de témoignages tous les 3 mois avec un témoignage par mois !

La première de l’année sur janvier, février et mars s’intitule « Secrets de photographes à Meneham »

Dans cette série consacrée aux secrets de photographes qui affectionnent Meneham, nous avons voulu en savoir plus sur ce qu’ils.elles aiment ici, quel serait leur spot préféré et peut-être leur petit spot secret, tout en nous partageant leur vision de la photographie ici et en général. Le tout sous forme d’interview ponctuée de photographies.

Témoignage n°2 : Julien Moritz

Nous poursuivons avec le deuxième témoignage par Julien Moritz alias @breizhairproduction sur Instagram :

En tant que photographe, mais aussi à titre personnel, qu’est-ce que vous appréciez du site de Meneham ?

Depuis mon enfance,  j’ai toujours pris beaucoup de plaisir à crapahuter parmi les rochers de Meneham. Je ressens ici la force et l’authenticité de la nature, on se sent tout petit face à ces immenses blocs de granit. Cela nous appelle à l’humilité et nous remet à notre place d’humain, de passage sur cette terre. C’est un paysage brut, qui est très peu transformé par l’homme, j’aime cette idée.

J’aime aussi le contraste de la roche brute dure, du sable fin et de l’eau qui est souvent turquoise ici. Du haut des rochers, au-dessus du corps de garde, la lumière pour photographier le sunset est juste idéale, ceci à chaque saison car on à la mer à l’horizon à presque 180 degrés…

Je connais aussi bien la face cachée des fonds marins car je pratique l’apnée. Peu de monde connaissent cette face invisible, et le potentiel de ce lieu est énorme…

Pour votre travail photographique, quel est votre spot préféré ici ?

J’apprécie particulièrement la longue plage de Meneham, qui va jusqu’au Crémiou.

Et avez-vous peut-être un spot secret/caché à nous partager ?

A marée haute, j’aime aller voir le lever ou le coucher de soleil, du haut d’un des plus hauts rochers de la plage de Meneham. On se retrouve entouré par les éléments, un peu comme sur une île…

Pour finir, pouvez-vous nous en dire plus sur votre vision de la photographie, ce que vous voulez transmettre via ce média, ici et de manière générale ?

Mon objectif est de partager ma vision de la nature et d’inciter l’Homme à la respecter car je pense qu’on a envie de protéger ce qu’on trouve beau.

En plaçant ma silhouette dans cette nature forte, on se rend compte qu’on est finalement peu de chose face à dame nature.

Toutes les photos sont de Julien Moritz : www.breizhairproduction.com / www.instagram.com/breizhairproduction / www.facebook.com/breizhairproduction

Merci à lui pour sa collaboration et son regard porté sur Meneham ! ♥

Ty Journal de février 2024 – La chandeleur

Fêter la chandeleur à Meneham, en Bretagne et dans le monde

Après avoir survécu à la rigueur des mois noirs (mizdu en breton) et de janvier (Genver), voici venu le temps de l’Imbolc (Emwalc’h). En ce début février, les habitants de Meneham, comme les Bretons et les français, célébraient la Chandeleur. La tradition perdure bien entendu, pour le plus grand plaisir des petits et grands (gourmands) !

Nous allons découvrir dans cet article quelles sont les origines de cette fête, comment préparer de bonnes crêpes et comment elle se célèbre à l’étranger.

Ses origines

L’origine de la Chandeleur est multiple, nous allons nous concentrer sur son origine celte au travers de Imbolc, fête celte du 1er février, à mi-chemin entre le solstice d’hiver et l’équinoxe de printemps. On honore en ce jour la déesse Brigid, associée aux éléments du feu et de l’eau. Elle symbolise la purification, la transformation et le renouveau de la nature, tout comme la fécondité et l’abondance. Telle une annonce de la sortie de l’hiver et du printemps qui s’en vient, elle souligne ce nouveau commencement de début d’année où la nature se métamorphose et où le soleil devient plus présent.

En cette journée, il est de tradition d’essayer de connaître le temps pour les mois de printemps, dans l’espoir que celui-ci soit clément pour les cultures. Il est donc de mauvais augure qu’il fasse beau le jour de la fête de sainte Brigid ! Comme le souligne l’adage populaire : “Chandeleur chaude et ensoleillée, l’hiver n’est pas encore terminé”, Chandeleur froide et triste emporte l’hiver au passage”. Cette tradition s’est d’ailleurs transposée aux États-Unis avec le jour de la marmotte !

Durant ces jours dédiés à Brigit, des processions aux flambeaux s’organisaient dans les champs, afin de purifier la terre avant les semailles, dans l’espoir d’obtenir des récoltes abondantes. Autre rituel lié à la signification d’Imbolc : « in milk« , était de célébrer le premier lait donné par les brebis, notamment en Irlande et en Écosse. On versait alors sur les terres le lait de la première traite, pour encourager la vie nouvelle à éclore.

Concernant plus précisément les chandelles et les crêpes, l’origine se tient avec la religion chrétienne où les fidèles de Rome portaient des chandelles lors des processions. C’est à ce moment-là aussi que se créa la tradition de cuisiner des crêpes avec la farine excédentaire de l’année passée, signe du symbole de prospérité. Et c’est le pape Gélase Ier qui finalement instaura la Chandeleur en faisant distribuer des galettes aux nombreux pèlerins qui arrivèrent à Rome. Une manière d’invoquer le retour du soleil grâce à leur forme et couleur rappelant celles du disque solaire.

Recette locale

Vous aussi, vous avez envie de faire entrer le soleil dans votre quotidien et de faire des crêpes chez vous ?

Nous vous partageons la recette de Margaux et Fabienne de Lesneven, qui avait été diffusée lors de l’exposition « Léon à table » en 2020 à la Maison de territoire de Meneham.

Pour 20 crêpes froment

Panneau d’exposition « Léon à table »
©Tourisme Côte des Légendes

Ingrédients :

375 g de farine froment

200 g de sucre en poudre

6 œufs

1 sachet de sucre vanillé

1 pincée de sel

3/4 de litre de lait

1 cuillère à soupe d’huile

– Dans un saladier, mettre le sucre, l’huile, le gros sel et les œufs.

– Battre l’ensemble et ajouter progressivement la farine de froment et un demi

verre de lait jusqu’à obtenir une pâte homogène et sans grumeaux.

– Délayer ensuite avec le reste de lait.

Laisser reposer la pâte environ 1 heure avant la cuisson.

©Yves de Orestis au Bistrot des légendes

Pour 12 crêpes blé noir

Ingrédients : 250 g de farine blé noir ; 50 g de farine froment ; 1 cuillère à café de gros sel ; 1 œuf ; 25 cl d’eau ; 37,5 cl de lait 1/2 écrémé

– Dans un saladier, mettre la farine de blé noir, la farine de froment, le sel, l’œuf entier et l’eau ; Remuer jusqu’à obtenir une boule compacte. Ajouter 10 cl de lait puis battez jusqu’à obtenir une pâte homogène et sans grumeaux ; Ajouter progressivement le reste de lait. ; Laisser reposer la pâte environ 1 heure avant la cuisson.

Astuce des cheffes : battre énergiquement la pâte pour l’aérer et former de petites bulles. Le secret pour une pâte moelleuse et de bonnes crêpes !

©Yves de Orestis au Bistrot des légendes

Vous préférez manger des crêpes à l’extérieur ?

Quoi de mieux que de venir visiter Meneham et de s’arrêter au Bistrot des légendes pour une pause gourmande ! Retrouvez leurs propositions de crêpes blé noir et froment par ici : http://www.bistrotdeslegendes-meneham.com/le-restaurant/carte-menu/

La chandeleur dans le monde

La fête de la Chandeleur est aussi célébrée dans le monde comme au Luxembourg et au Mexique mais aussi via les bretons qui vivent à l’étranger. 

Au Luxembourg, ce sont les enfants qui vont parcourir les rues en tenant une baguette allumée ou un lampion fait maison. Ils viennent devant les maisons et les magasins, récitant des chants traditionnels, en espérant recevoir une sucrerie comme récompense. 

Au Mexique, pays très chrétien, la tradition est centrée sur la présentation de l’enfant Jésus, accompagnée de chants évoquant les Rois Mages notamment. La population se retrouve ensuite pour manger le plat typique pour ce jour : les tamales (papillotes amérindiennes préhispaniques à base de farine de maïs).

On peut mentionner d’autres spécialités mondiales plus ou moins différentes des crêpes bretonnes : les crumpets ou pancakes au Royaume-Uni, les hirams plattär en Suède, les dorayaki au Japon, les msemen au Maroc, ou encore la farinata en Italie ! 

Maintenant, les bretons vivant aux quatre coins du monde ont exporté avec eux cette tradition. L’occasion d’organiser des événements festifs promouvant la fête celtique d’Imbolc, comme en Écosse, Galice et Catalogne ou encore au Japon

Bonne dégustation !

Secrets de photographes à Meneham

Retrouvez une série de témoignages tous les 3 mois avec un témoignage par mois !

La première de l’année sur janvier, février et mars s’intitule « Secrets de photographes à Meneham »

Dans cette série consacrée aux secrets de photographes qui affectionnent Meneham, nous avons voulu en savoir plus sur ce qu’ils.elles aiment ici, quel serait leur spot préféré et peut-être leur petit spot secret, tout en nous partageant leur vision de la photographie ici et en général. Le tout sous forme d’interview ponctuée de photographies.

Témoignage n°1 : Pauline Verdier

Nous commençons avec le premier témoignage de Pauline Verdier alias @poppyblossom.photographie sur Instagram :

En tant que photographe, mais aussi à titre personnel, qu’est-ce que vous appréciez du site de Meneham ?

J’aime toujours venir à Meneham (pour les séances photo mais aussi pour nos balades en famille) car c’est, à mon sens, un lieu qui a su rester authentique. Pour avoir pu échanger avec quelques « locaux », je trouve que l’on sent tout l’amour qu’ils ont pour ce lieu et ils ont à cœur de le préserver.

La nature environnante donne tout son caractère à Meneham : ses dunes, ses plages, la lumière incomparable qui y règne (et ce par tous les temps) et évidemment, cette petite maison nichée entre deux énormes rochers, trônant fièrement face à la mer. Un décor dont il est impossible de se lasser.

Pour votre travail photographique, quel est votre spot préféré ici ?

Ce que j’aime, c’est justement la diversité que l’on peut retrouver à Meneham. En tant que photographe Lifestyle, je ne fais pas poser mes modèles. J’ai à cœur de faire un témoignage de la vie « telle qu’elle est », en mouvement.

En séance, j’aime me balader avec les personnes que je photographie, prendre le temps d’échanger, de partager un moment. Je sais qu’en venant à Meneham pour mes séances, je vais pouvoir disposer de beaucoup de matière pour travailler : Les rochers, le chemin côtier, les dunes en arrière plan, la plage…

C’est un endroit vraiment riche pour pouvoir varier les prises de vue et vivre la séance comme une balade avant tout (et en prendre plein les yeux).

Et avez-vous peut-être un spot secret/caché à nous partager ?

Au risque de vous décevoir, je n’ai pas vraiment de spot secret, mais plutôt un spot incontournable : À marée haute, monter sur les rochers sur la plage qui surplombent la mer. On se sent seuls au monde, face aux embruns.

Pour finir, pouvez-vous nous en dire plus sur votre vision de la photographie, ce que vous voulez transmettre via ce média, ici et de manière générale ?

Je suis énormément inspirée par la nature et la lumière pour réaliser mes photos. Ce sont mes principales sources d’inspiration. J’aime définir mon travail comme étant chaleureux, spontané (comme moi) et vivant. Depuis toujours, je suis passionnée par les liens humains (j’aurai rêvé devenir sociologue mais j’avais besoin d’un métier plus concret. Cela m’a amené à m’orienter vers les métiers de l’accompagnement social il y a quelques années).

Avec mes images, j’ai l’opportunité de témoigner de ces liens qui unissent les humains entre eux. Que cela concerne une famille, un couple ou autre…

Je trouve de la beauté partout et j’essaye, à ma petite échelle, de la mettre et de la partager autour de moi.

Toutes les photos sont de Pauline Verdier : www.poppyblossomphoto.fr / www.instagram.com/poppyblossom.photographie

Merci à elle pour sa collaboration et son regard porté sur Meneham ! ♥