Ty Journal de mai 2024 – Les enfants à Meneham

« En mai, fais ce qu’il te plait »… dicton souvent destiné aux enfants. En effet, les enfants de Meneham apportaient beaucoup de vie au village mais ils ne faisaient pas tout-à-fait ce qu’ils voulaient ! Comme les femmes et les hommes, leur savoir-faire ainsi que leur aptitude physique servaient aux tâches quotidiennes du village.

Nous allons découvrir dans cet article les tâches des enfants à l’époque

et les possibles activités pour les enfants d’aujourd’hui ici !

Les enfants de Meneham à l’époque

Job Salou enfant

Les enfants à Meneham étaient responsabilisés très tôt dans la vie du village, et participaient aux activités autant que les adultes.

Leur participation à la récolte du goémon était appréciée pour cueillir le pioka et ramasser le goémon et à marée basse, ils allaient à la pêche aux ormeaux en utilisant un « bascroc » (tige de fer recourbée). Les ormeaux étaient présents en abondance, se pêchaient de toute taille et quantité, pour être vendus par douzaines dans les communes alentour.

Les enfants aidaient également aux champs et pour l’alimentation des poules et des lapins. Aussi, ils avaient une mission attitrée : la garde des vaches, une vingtaine dans le village, qu’ils emmenaient boire matin et soir, dans l’eau des marais ou du lavoir du Théven.

© Archives de Kerlouan

Plus ils avançaient en âge, plus les enfants devenaient aussi forts que les adultes. C’est ainsi que les jeunes garçons de 12 à 14 ans apprenaient à diriger la charrue, à changer la litière des bêtes, à s’occuper du cheval et à aller couper les grandes laminaires (algues) ou relever les casiers. Ils participaient également à la confection des fagots, au tressage de l’osier pour les toits, les crèches et les abris.

Les jeunes filles quant à elles, apprenaient très vite à devenir des « mères et femmes au foyer », en plus des autres missions du village, en veillant au « confort » des hommes et de toute la famille, en s’occupant des bambins notamment. Elles appréciaient ainsi « jouer à la poupée » avec les bébés du village, en leur apprenant à marcher par exemple et ce même dans les dunes ! D’ailleurs, même s’ils n’avaient pas le temps de flâner sur le sable, leur terrain de jeu grandeur nature entre les rochers, à glisser dans les « grottes » et les trous, les divertissaient entre les tâches.

© Archives de Kerlouan

L’école et les fêtes

Entre 6 et 14 ans, les enfants ont pu aller à l’école, qui se situait à 3,5 km de Meneham. Ils ont ainsi travaillé pour obtenir le certificat d’études, tout en rencontrant les autres enfants de la commune.

La vie à Meneham pour les enfants était joyeuse, variée et rythmée par les travaux communautaires mais aussi les valeurs humaines portées par chacun. Entourés par les dunes, les rochers grandioses, le bruit du ressac de la mer et les marais, dès leur plus jeune âge, les enfants avaient un attachement puissant et profond à cet endroit. Les habitants devaient certes tirer leur subsistance de la mer et de la terre, mais cela les soudait, entre effort et joie. Joie qu’ils communiquaient ensemble et en dehors de la rudesse du quotidien, lors des fêtes religieuses comme laïques : les jeux, célébrations diverses et rencontres sportives.

En parlant de fêtes et d’animations, quand est-il des activités pour les enfants à Meneham aujourd’hui ?

Les enfants à Meneham aujourd’hui

Tout au long de l’année, et encore plus lors des temps fort du site : l’été, l’automne avec « Les courges débarquent à Meneham, l’hiver et Noël à Meneham et au printemps avec les animations de Pâques ; les enfants peuvent s’en donner à cœur joie lors de leur passage ici.

En tout temps :

Visiter Meneham avec ses enfants, quelle que soit la saison, c’est l’occasion de découvrir un site classé monument historique riche en histoire, patrimoine et culture où l’activité est encore présente. La nature à portée de main, vivez-la, les enfants pourront courir sur la plage et grimper sur les rochers les plus accessibles pour eux ou bien, s’amuser à imaginer des formes à ces derniers, une façon très ludique de regarder la nature ! 

© Tourisme Côte des Légendes

Aux horaires d’ouverture indiquées sur notre site internet et sur les panneaux aux entrées du site, la Maison de territoire propose de bons produits locaux – lichouseries pour les petits gourmands mais aussi des livres spécialement pour les enfants ! Nous organisons également une exposition par an sur un thème en lien avec le site/la région. 

Les artisans sont présents dans leurs ateliers pour faire découvrir leur création et leur joie de travailler ici. 

Puis les enfants férus d’histoire pourront parcourir la muséographie interactive pour en savoir plus sur le village. 

Animations spéciales enfants : 
© Tourisme Côte des Légendes

Lors des vacances scolaires, plusieurs animations sont proposées pour les enfants comme des chasses au trésor, jeux de piste ou des visites ludiques.

En été, ce sera l’occasion de prendre l’air du large avec des balades en paddle et kayak à partir de 8 ans et de s’initier à l’escalade à partir de 7 ans. Notre agenda en ligne répertorie toutes les informations !

 

Le livret-jeu : 

Depuis l’été 2023, un livret jeu est à disposition des familles (à faire avec des enfants qui savent lire et écrire idéalement). Ce livret vous invite à découvrir en autonomie l’histoire du village et de ses anciens habitants grâce à des pages informatives et ludiques, des jeux et des énigmes. Venez mener l’enquête pour découvrir l’origine de la mystérieuse lumière au large de Meneham en 1869 !

Source des informations historiques de cet article : le livre de Marie Guillerm / Kerbrat, « Meneham, berceau de mon enfance. De 1846 à 1996 ».

Disponible en boutique à la Maison de territoire du site de Meneham

Ty Journal de mars 2024 – Les femmes de Meneham

Comme nous l’avons déjà vu, Meneham rassemblait femmes et hommes, familles de toute génération, le tout avec un grand esprit de solidarité. Chacune et chacun prenait leur rôle à cœur pour le bien de la communauté. Au-delà de seconder les hommes dans le « travail de force », les femmes occupaient un rôle à part entière, qui était grandement apprécié.

Nous allons découvrir dans cet article l’ensemble des tâches réalisées par les femmes à Meneham,

et ainsi leur rendre hommage !

À la maison

Tout d’abord, une de leurs missions principales était la gestion de la maison, que ce soit préparer à manger, s’occuper des enfants, faire le ménage, laver le linge et même fabriquer des vêtements.

Café crêpes chez Mr et Mme Salou. Kerlouan, 1986 – © C. Le Gall

En cuisine, c’est elles qui concevaient les préparations à base de porc telles que les andouilles, le lard ou le jambon. Elles confectionnaient également le pain à base de la farine du moulin du Couffon. Les fours à pain du village fonctionnaient très bien à cette époque ! D’ailleurs, un des plats principaux du quotidien était la soupe au pain (souben an tri c’haig). Autrement, l’alimentation était surtout à base de soupe aux légumes, avec quelques fois les bas morceaux de viande en pot au feu ou en ragoût. Le soir, une grande marmite avec des pommes de terre mijotées et grillées au saindoux régalait tout le monde. On réservait la viande et les desserts traditionnels pour les dimanches et les “grandes” occasions.

© J.-P.Arcile

Le samedi, c’était jour de grand nettoyage : vitres lavées, meubles dépoussiérés dont les fameux lits clos, et bancs savonnés et brossés. On balayait le sol des maisons qui était en terre battue et on y saupoudrait une légère couche de sable blanc ramassé sur la grève. Tout cela avant le dimanche pour les fêtes !

Le lavage et l’entretien du linge était une tâche plutôt fastidieuse. Pour laver les draps, les torchons et les vêtements, elles emmenaient le tout avec des brouettes, au lavoir de Théven, à 700 mètres d’ici. Savonnage, brossage, rinçage puis battage du linge se faisait sous une source d’eau foisonnante ! Ce temps d’effort se déroulait dans la bonne humeur et la convivialité, loin des hommes…

Les draps étaient étendus sur l’herbe aux abords du lavoir puis les femmes se mettaient à deux pour bien les tordre pour les sécher et les rendre plus légers. Après de longues journées au lavoir, le reste du linge était étendu sur le fil le lendemain matin séchant grâce au vent.

© Cinémathèque de Bretagne

La récolte du goémon et la pêche

© Archives de Kerlouan

Au niveau de la récolte du goémon, elles aidaient grandement les hommes pour remonter le goémon sur les dunes, pour l’étaler, le mettre en meules et le brûler. Elles participaient de manière équivalente, avec l’aide des enfants, à la cueillette du pioka (sorte de lichen marin dont on extrait du gélifiant). Pour la pêche, elles avaient pour mission de poser les filets lors de la marée basse, en les portant sur une distance allant jusqu’à 5 kilomètres, formant un barrage au fond de la grève.

Le potager

Un petit potager devant les maisons faisait la fierté des femmes, qu’elles aimaient embellir et entretenir. On y trouvait notamment des poireaux, petits pois, haricots verts, choux, radis, salades et des fleurs.

© Archives de Kerlouan

Les travaux agricoles et le poulailler

© Archives de Kerlouan

Le travail aux champs se faisait en binôme avec les hommes pour les semis et les plantations, le sarclage, la récolte et le stockage. C’était aussi aux femmes de traire les vaches matin et soir, de stocker le lait et de préparer le “gros lait” (sorte de yaourt de lait caillé doux et acidulé). Elles faisaient également le beurre, à l’aide d’une baratte cylindrique en bois puis d’une cuillère en bois pour le battre et le mouler. Le petit lait ou lait ribot restant était ajouté à la pâtée des cochons, que les femmes préparaient avec des petites pommes de terre et du son de blé.

Le poulailler leur était réservé où poules, lapins et canards vivaient en harmonie et étaient nourris d’orge, de blé et de la fameuse pâtée.

Et tout cela, en plus des nombreux bébés et des jeunes enfants dont elles devaient s’occuper. C’est là que l’aide familiale « naturelle » des grands-mères et jeunes filles était précieuse. En somme, les femmes de Meneham avaient des journées bien remplies !

© Archives de Marie Kerbrat

Source d’information de cet article : le livre de Marie Guillerm / Kerbrat, « Meneham, berceau de mon enfance. De 1846 à 1996 ».

Disponible en boutique à la Maison de territoire du site de Meneham

Ty Journal de janvier 2024 – En hiver

L’hiver à Meneham

L’hiver est (enfin) là ! Une vague de froid s’abat sur toute l’Europe, comme en Bretagne. Sur nos côtes, balayées par le vent et la pluie dernièrement, un peu de froid sec accompagné de soleil va nous revigorer… et nous donner envie de se blottir près du feu, une tasse de boisson chaude à la main et un plaid tout doux sur les jambes.

Nous allons explorer dans cet article comment les habitants de Meneham passaient l’hiver et vivaient le changement d’année.

Se chauffer à Meneham

© Archives de Kerlouan

Pour surmonter l’hiver, il faut tout d’abord souligner la spécificité des maisons du village en pierre et en toits de chaume. Ce matériau de faible coût, fait en paille de seigle, de blé ou de tiges de roseau, offre certains avantages, notamment une bonne isolation thermique afin de conserver la chaleur uniformément.

Les maisons étaient également conçues de manière à recevoir peu de lumière extérieure (seulement venant du sud) et ainsi étaient plus faciles à chauffer.

Deux cheminées chapeautaient les pignons des toits. Le soir, les familles appréciaient grandement “l’éclairage vivant et dansant des flammes de la cheminée”.

© Claude Le Gall
© Archives de Kerlouan

Pour alimenter les cheminées, les hommes du village devaient aller jusqu’à Dirinon pour récupérer du bois. Un périple en partant d’ici à pied jusqu’à la gare de Plounéour-Trez où le train les amenait à Landerneau pour ensuite continuer leur marche (avec les victuailles nécessaires au voyage).

Durant deux à trois semaines, ils étaient accueillis chaleureusement dans une propriété pour couper le bois, le mettre en fagots et le transporter. Le transport pour retourner les fagots de bois était fait au printemps grâce aux charrettes.

Les préparations des repas étaient aussi une source de chaleur, mêlant bonne odeur et réconfort. À cela s’ajoutait la chaleur humaine créée par les nombreuses générations vivant dans le même foyer.

Passage à la nouvelle année

Changer d’année est un rituel de passage accompagné des fameux souhaits qui s’est démocratisé en fête populaire dès 1915. Une façon de transmettre un message bienveillant, généreux et synonyme de renouveau. D’ailleurs, chez nous – à Meneham, le premier (parmi les enfants) qui souhaitait la bonne année dans la maison avait droit à deux petits jésus en sucre, […] il fallait se lever de bonne heure.

En Bretagne, la passation se faisait notamment par la “Kef nedeleg” (bûche de noël en breton), brûlée lentement à compter du 25 décembre jusqu’au jour de l’An : Kalanna en breton, voire jusqu’à l’Épiphanie. Les cendres de cette bûche avaient, il parait, des vertus bienfaisantes : purifier l’eau de la maison et protéger cette dernière contre la foudre ou les serpents, pour l’année à venir. 

Petite subtilité bretonne à l’Épiphanie, la galette des rois d’ici ne contenait ni frangipane ni pâte feuilletée mais était sablée, simplement faite de farine et de beurre à l’instar du gâteau breton. Le tout accompagné du “gwir kafe” (café véritable en breton) de la nouvelle année, partagé en famille, entre amis ou voisins. Toutes ces traditions d’hiver (qui continuent en février avec la Chandeleur) montrent comment nous aimons nous retrouver en famille, entre amis pour des moments chaleureux, réconfortants et plein d’espoir.

Temps des résolutions

C’est en Genver (janvier en breton), qu’il est de tradition de prendre de (bonnes) résolutions (ou pas). L’origine viendrait de l’Antiquité mais elle se précise chez les Romains avec Janus, dieu des passages et des commencements. Ce “gardien des portes” pouvait garantir une nouvelle année meilleure que la précédente, grâce à des offrandes telles des résolutions d’espoir…

Ici, la vie ne changeait pas d’année en année, elle suivait son cours, au fil des marées, des saisons de récolte, du climat, des naissances, des mariages et des décès… Les années passaient et se ressemblaient, ce qui donnait la force aux habitants de se rassembler et de s’entraider. Résolument attachés à leur village, ils menaient une vie bonne et simple, sans les préoccupations et injonctions d’aujourd’hui.

“Ce village représentait pour nous, si rude y fut la vie, la sécurité et le bonheur.”

Marie Guillerm

Leur seul espoir était que ce dernier perdure. L’histoire et la société moderne en ont décidé autrement, en termes de vie rurale et communautaire.

Le village de Meneham a cependant pris un nouveau départ pour continuer de cristalliser l’Histoire, les histoires des gens d’ici et notre histoire commune actuelle.

© Archives de Kerlouan

Afin d’écrire cette histoire ensemble, dites-nous ce que souhaiteriez pour le site de Meneham en 2024 ?

* Les citations sont tirées du livre « Meneham, berceau de mon enfance. De 1846 à 1996 » de Marie Guillerm, épouse Kerbrat

Il y a 45 ans : L’AMOCO CADIZ

On s’en souvient tous ici…

Alors que ce matin du 17 mars 1978, chacun vérifiait sa chaudière tant l’odeur de pétrole était entêtante, nous étions loin d’en imaginer la raison ni au-devant de quelle terrible catastrophe nous allions.

Vers 21 heures, le 16 mars et sous des conditions météorologiques exécrables, l’Amoco Cadiz, un supertanker à destination de Rotterdam, alors en panne de gouvernail dérivait et venait de s’échouer sur le littoral finistérien. Coupé en deux par l’acharnement de la houle, il touchait le fond et laissait s’échapper de son ventre disloqué des tonnes de pétrole brut, de matière brune, épaisse et gluante.

Dès 23h45, le plan POLMAR relatif à la pollution marine était déclenché : réunion d’urgence à Paris, acheminement des barrages flottants, avis aux pays voisins, tentative d’allègement du bateau… La machine était en route.

A la dérive de nuit et par une mer déchainée, malgré les fusées de détresse et l’appel SOS envoyé par le pétrolier, les affaires maritimes étaient impuissantes face à l’ampleur du sinistre. C’est par hélitreuillage que 42 des 44 membres d’équipages furent évacués in extrémis, le commandant et un autre membre étant restés à bord encore quelques heures.

Au matin, une vision d’apocalypse attendait les habitants de Portsall, petite commune littorale à la pointe du Finistère. Les dégâts étaient considérables et la mer n’était plus qu’une masse sombre et gluante de laquelle on devinait à peine les vagues. Les oiseaux se noyaient dans la lourdeur de ces eaux, sous les yeux médusés des habitants.

Force était de constater qu’une terrible marée noire avait bel et bien commencé sur notre belle côte du Léon.

Les 220 000 tonnes de pétrole rejetés durant des jours par l’épave allaient progressivement envahir tout le littoral nord breton sur 375km, et concerner pas moins de 98 communes entre la baie d’Audierne et Saint Brieuc. La Côte des Légendes est également sévèrement touchée tel en témoigne ces photos prises par M. Loriant à Kerlouan et aux alentours.

Les conséquences étaient affolantes et les chiffres parlaient d’eux-mêmes : Au moins 20 000 oiseaux morts, 6 000 tonnes d’huitres détruites, 30% de la faune aquatique et 5% de la flore anéanties. Au total, près de 260 000 tonnes d’animaux marins ont péri dans la catastrophe.

A l’aide de pelles et de seaux, 40 000 militaires, bénévoles affluant de toute la France, pompiers, entreprises privées, agriculteurs et même les élèves ont sans relâche nettoyé les plages, les rochers, les oiseaux mazoutés…. Il leurs aura fallu 6 mois pour en arriver à bout et plus de 7 années pour que la faune marine récupère totalement de ce désastre. La route qui longe le littoral de Meneham est d’ailleurs toujours là pour nous rappeler les efforts conséquents faits à l’époque pour nettoyer nos plages : en effet, elle a été construite pour cela et reste aujourd’hui une séquelle de ce drame.

« L’Amoco », comme on l’appelle ici, a été dynamité sur place une quinzaine de jours plus tard dans le but d’éviter une lente pollution. Il git aujourd’hui au large de Portsall par 30m de fond et seule son ancre, installée aujourd’hui face à la mer, nous rappelle au souvenir ce naufrage hors normes qui a laissé un traumatisme écologique sans précédent et en nous tous, un traumatisme psychologique indélébile.

Des mesures ont été prises depuis cette catastrophe considérée comme l’une des plus graves de l’histoire. De nouveaux radars sont aujourd’hui installés et le rail d’Ouessant a été créé. Les pétroliers et autres bateaux de commerce passent aujourd’hui bien plus au large et un puissant remorqueur est affecté à l’assistance. Il est installé près de l’île à chaque tempête.

La nature a aujourd’hui repris ses droits mais ce désastre est encore bien présent dans l’esprit des bretons qui, même indemnisés, espèrent ne plus jamais revivre un tel cauchemar.

Cela fait tout juste 45 ans… et le site de Meneham, touché comme tant d’autre en Bretagne, souhaitait rappeler ce terrible évènement pour que plus jamais il n’en advienne de nouveau.

Le goémonier, de la tête aux pieds

Le kalaboussen

La tenue des goémoniers du Léon présente quelques singularités à commencer par le couvre-chef ! Si certains se couvraient la tête avec l’éternel chapeau de paille estival ou bien le boned (sorte de bonnet aux bords larges où l’on conserve au sec différents objets comme un couteau, briquet, ou tabac), d’autres portaient une coiffe bien particulière : le kalabousenn.

Cette sorte de cagoule ou capuche en drap bleu et noir, aussi apparentée à un passe-montagne, recouvrait les épaules et pouvait parfois comporter un boutonnage sous le menton. Précaution bien utile quand on travaille sur la grève… Ainsi, nullement besoin d’écharpe !

Par beau temps, la base de la cagoule était remontée sur le sommet de la tête et prenait la forme d’une casquette. Ce kalabousenn pouvait s’acheter sur les marchés de Plouescat ou de Lesneven. Il a été porté jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

La compagnie Ar vro Bagan, pour le spectacle « Les naufrageurs », 2022

Le kabig

Pour se couvrir les épaules à bord de son embarcation, le goémonier portait généralement un kabig, aussi appelé « kab an aod » (cape de grève). Cette veste en drap de laine non doublée comportait une poche ventrale pour garder les mains au chaud, des rebords crantés et des boutons en bois, ainsi qu’une capuche. Les pièces du kabig qui étaient mises à l’épreuve lors du ramassage du goémon étaient surpiquées.

L’appellation « kab gwern » aussi utilisée pour désigner cet habit de grève, faisait référence à l’étoffe blanche utilisée aux origines. De Plouguerneau à Goulven, cette couleur blanche avait été longtemps appréciée pour repérer les goémoniers au loin sur leurs embarcations.

Costume de grève, dessin au crayon et à l’aquarelle, F-H Lalaisse, 1844

La plus ancienne représentation du kabig a été réalisée à Kerlouan en 1844. François-Hippolyte Lalaisse (1810 – 1884), maitre de dessin à l’Ecole royale polytechnique à Paris, en voyage durant l’été 1844 en Bretagne, était à la recherche de costumes portés entre Nantes et Pont Croix. Il produit un dessin d’aquarelle saisi sur le motif, comportant la légende manuscrite « costume de grève ».

Porté avec un pantalon court et des sabots en bois fourrés de paille, le kabig était la tenue par excellence des travailleurs des grèves du pays Pagan, au point d’en devenir de vrais ambassadeurs.

Reconnu par la suite comme un élément du patrimoine matériel et immatériel de Bretagne, le kabig est un habit traditionnel de Bretagne devenu objet de mode.

Le saviez vous : encore aujourd’hui, le magasin MG boutique à Lesneven fabrique des kabig sur mesure !

La gérante actuelle, Dominique Martin, a repris l’affaire familiale en 1993. Sa mère, vendeuse de laine et son père, tailleur, ont d’abord fait les marchés avant de créer leur boutique, rue du Général-de Gaulle à Lesneven, dans les années 1950. Au fil des années, différentes couturières se sont succédées, toutes fabriquant le kabig.

Catherine Thépaut est l’une des dernières retoucheuses à le confectionner sur mesure. Elle est couturière chez MG boutique depuis 2005. Catherine précise que le tissu doit être suffisamment épais et qu’il semble de plus en plus difficile d’en trouver de nos jours. La gérante se fournissait autrefois en petites quantités auprès de grossistes. Aujourd’hui, la seule usine produisant ces tissus se situe dans les Pyrénées

Les animations festives et sportives à Meneham d’hier à aujourd’hui

L’été est là ! Et Meneham va s’animer comme il se doit, entre Fest Deiz, spectacles déambulatoires, escalade, yoga et paddle ! Mais à quoi ressemblaient les premières animations estivales au village ?

Des concours de pétanque en triplettes et des tournois de foot « Bragou, Lostennou » !

Les premières parties de pétanque amicales ont débuté vers le milieu du XXème siècle, les dimanches après-midi à Meneham. C’est lors d’un mois de juillet que le premier concours du coin a été lancé, avec une participation de 103 triplettes ! Suite à cette frénésie pour les boules, des tournois ont été organisés tous les lundis de l’été, avec des concours pour les couples en doublettes et même des triplettes familiales (parents et enfant).

Le premier match de foot a quant à lui été disputé contre une équipe de touristes et non pas avec un classique ballon de foot, mais avec un ballon de rugby ! Les habitants de Meneham ne manquaient visiblement pas d’imagination car les années suivantes, les joueurs se déguisaient : une équipe en femme et une équipe en marin. Un match baptisé « Bragou, Lostennou » (pantalons, jupes).

Des régates

Après la guerre, en 1944, l’envie de se rassembler et de se détendre tous ensemble a mené à l’organisation d’une régate à Pors Doun, le port de Meneham. Avec l’aide de Job Droff, un ancien marin de la Royale à la retraite, des courses de voile, aviron et godille ont été mises en place. D’après Marie Guillerm, ancienne habitante du village, les régates annuelles attiraient des foules !

Cet événement sportif et festif débutait par une course cycliste sur piste et sur prés. Il y avait ensuite la bénédiction des bateaux suivie du départ des régates. De leur côté, les enfants pouvaient participer à des courses en aviron, en godille ou à des courses de canards lâchés.
Des olympiades venaient clore la fête avec du tir à la corde et de la course à pied, sans oublier la buvette pour le ravitaillement de tous !